The Cornucopia : Forum RPG Hunger Games

Un forum RPG sur les Arènes de Hunger Games...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand souffle le vent... ♪ [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bowie Adcock

+ District 7 +

avatar


Messages : 21
Date d'inscription : 16/02/2013
Age : 21

Feuille de personnage
Âge du Tribut : 17 ans
Inventaire du tribut:
Liens dans l'Arène:

MessageSujet: Quand souffle le vent... ♪ [Libre]   Lun 18 Fév - 13:54

Le vent souffle.

Un vent fort, un vent sauvage. Un vent frais, un vent libre. Un vent qui vous emmène avec lui, loin, très loin à l'horizon, dans une mer intime et profonde de souvenirs. Alors, comme si cette brise n'attendait que cela, je ferme les yeux lentement, et m'envole loin de ce petit toit couvert par le ciel sombre piqué d'étoiles. Loin de cette atmosphère citadine, loin de cette lune, peut-être artificielle. Je plane au-dessus des nuages, je plane dans cet univers parallèle que l'on nomme l'esprit. Le vent de mes pensées me fait dériver dans un endroit reculé de tout, un endroit bordé de forêts et de forêts, toutes plus vertes les unes que les autres. Le District Sept. Le District Sept avec ses pinèdes et ses sapins. Le District Sept avec ses grands chênes que j'aime escalader au printemps, lorsque les petits rossignols babillent gaiement, lorsque les rouge-gorge sifflotent sereinement. Je bats de mes ailettes invisibles, navigant dans cet océan de souvenirs doux et heureux, cet océan forgé à partir de mes propres songes. Je sens le parfum si particulier des fleurs forestières, je sens l'odeur sylvestre des champignons, en automne. Qu'il est beau, qu'il est parfumé... mon District.

Le vent souffle.

Un vent fort, un vent sauvage. Un vent frais, un vent libre. Un vent qui vous emmène avec lui, loin, très loin à l'horizon, dans une mer intime et profonde de souvenirs. Alors, je me livre à lui ; je lui abandonne mon âme, je lui cède ma conscience. Je le sens caresser ma peau d'un geste lent, je le sens ébouriffer ma crinière rousse fugacement, et surtout, je le sens m'emporter ailleurs. Je danse dans le ciel voilé de lueurs argentées, je danse dans ces tempêtes venteuses que sont mes pensées. Mon esprit n'est qu'ouragan, mes neurones ne sont que feuilles mortes valsant dans le vent. Je ne suis que courant d'air, nageant dans les rivières du passé pour atteindre le lieu dans lequel j'ai grandit, le lieu auquel les forces de l'ordre m'ont arrachées, le lieu que je ne révérai jamais. Je veux étreindre les troncs bruns des arbres, je veux humer la senteur de l'écorce mouillée, je veux m'évader dans ces bois forestiers que je connais. Je suis petit bûcheron au coeur tailladé. Je virevolte au grès du vent, je virevolte dans ce zéphyr de rêves, dans ce zéphyr de passé arraché. Des images de verdure, des images aussi vertes que l'émeraude la plus belle, s'encrent dans mon coeur, s'impriment à l'intérieur de moi.

Le vent souffle.

Un bruit de semelle retentit, cassant la magie dans laquelle j'étais plongé, faisant passerelle un instant entre le vent et moi. Quelqu'un est là. Quelqu'un est là, sur le toit. Le toit du centre d'entraînement. Il m'observe, oui, il observe ce garçon roux allongé parterre, un t-shirt à ses pieds, torse nu, noyé par le souffle du vent.

Je plonge mes yeux dans les siens, et maintient le regard un long moment...

L'introverti que je suis ne dit mot, mais mes pupilles parlent pour moi. Et alors, aussi soudainement que l'inconnu est arrivé, je ferme à nouveaux les yeux et part pour un nouveau voyage.

Le vent souffle.

Va-t-il me parler, ou s'enfuir devant l'illuminé que je suis ? Aucune idée.

Le vent souffle.



Dernière édition par Bowie Adcock le Lun 18 Fév - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyler P. Degna

+ District 3 +

avatar


Messages : 38
Date d'inscription : 16/02/2013

Feuille de personnage
Âge du Tribut : 16 ans
Inventaire du tribut:
Liens dans l'Arène:

MessageSujet: Re: Quand souffle le vent... ♪ [Libre]   Lun 18 Fév - 14:45

J'allais bientôt mourir, il y avait douze tributs qui venaient de 12 districts différents. Moi je venais du troisième district, mais j'avais un sérieux handicap, car j'étais bipolaire. Tout le monde pense que je suis folle, mais non je ne suis pas folle je suis simple une fille qui a envie de rentrer pour être avec son grand-frère et rigoler. Quand j'étais au district trois j'avais beaucoup d'amis, mais souvent je les perdais, car je pleurais ou je les tapais avec violence. Du coup il ne restait pas souvent avec moi, mais j'usais de mon charme. C'est vrai que j'adore m'amuser avec les garçons, je les considère comme des jouets, mais ma bipolarité m'empêche souvent de finir ce que j'ai commencé avec lui. Là je suis complètement déprimée, tout à l'heure je n'avais qu'une envie c'est de sauter de la fenêtre, mais je me suis retenue. Je ne devais pas mourir ici, je devais rentrer dans mon district et continuer ma triste vie. Je décidais d'explorer un peu les lieux, je voulais partir à l'aventure, demain je serais dans l'arène, demain je serais confrontée à 11 autres tributs qui n'ont qu'une envie c'est de survivre et tuer. La personne qui me fait le plus peur est Shawn, car il a l'air d'être un carrière sanguinaire. Il faisait parti du district 2, je crois que si je suis face à lui je prendrais peur et je deviendrais folle. Je tirais des flèches désespérément et j'essayerais de le tuer violemment. Je sais que je ferais ça, car quand je panique je viens une fille très violente, dans le district trois j'ai déjà fait une grosse crise de folie. Les gens me surnomment la folle, heureusement que mon frère me protège il est toujours la pour moi, il n'a que 10 mois de plus que moi. Je suis en totale admiration devants lui, heureusement qu'il est la pour moi, car je ne sais pas ce que je ferais. J'ai vue que sur les écrans du Capitole on ne dit pas Amanda Degna du district trois. Non ils ne disent jamais ça, ils disent La folle du district trois, la première fois ça m'a profondément blessée et quand on me l'a dit durant l'interview j'ai pétée un câble. Depuis le Capitole est fascinée par moi, mais en même temps il a peur, pourtant je ne veux pas être quelqu'un de reconnue ou avoir un surnom ! Je veux juste revenir chez moi, grandir et avoir des enfants et un mari. Je veux vivre tranquillement, je ne veux pas avoir de problèmes, mais le Capitole ne comprend pas, car il est fou. Chaque soir je le maudis, je le maudis, car c'est de sa faute que je suis là. C'est à cause de lui que j'ai une chance sur douze de mourir. Je montais alors sur le toit du centre d'entraînement. Je mordillais ma lèvre nerveusement, je montais d'un pas très lent, car je n'avais pas envie de vivre. Je crois que je mourrais dans l'arène de toute façon, de plus je n'étais pratiquement pas habillée, j'étais vêtu d'un simple chemisier et un une courte jupe. Je n'avais pas envie de m'habiller convenablement, les gens pourront penser que c'est de la provocation ? Non c'est que j'ai juste envie de m'habiller normalement comme ci j'étais dans mon district. Je voulais ne pas avoir à penser à la mort ! Alors que je montais sur le toit je vis un tribut, il était roux, je savais qu'il venait du district 7 et qu'il s'appelait Bowie, je l'examinais, j'avais le visage défait, j'étais triste, je n'avais pas envie d'être joyeuse. Je commençais à m'approcher de lui, je ne disais rien.

-Bonjour je suis Amanda Degna du district 3 et toi tu es Bowie du district 7 c'est ça ? Je pense me tromper ? Enfin je sais plus et je m'en fiche ? Et puis tu peux ne pas me parler je suis folle tu l'as sans doute remarqué hein ? Tout le Capitole m'appelle la folle ou la tarée, je ne sais pas pourquoi, juste parce que je suis bipolaire ? Juste parce que je suis née comme ça ? Est-ce que c'est de ma faute que je suis folle ? Est-ce que ça l'est hein ? Tu crois que quoi toi ?

Au début j'avais parlé d'un ton lent, mais à la fin j'avais criée, je parlais trop, je savais que je parlais trop de toute façon, je ne faisais que ça de parler ! Je ne sais même pas pourquoi je lui parle ? Je ne le connais même pas, je ne lui avais jamais parlé, c'est peut-être parce que j'ai envie de parler. Depuis que je suis arrivée du Capitole je n'ai parlé que lors des interviews, j'ai aussi beaucoup pleurée. Je le regardais, il était torse nu et il avait l'air endormi, c'était peut-être un garçon somnolent ? Peut-être que c'est moi qui le tuerais dans l'arène. Je toute façon avec Gabrielle je me sens plus fort, elle a eut la bonté de me prendre comme alliée. Je crois que c'est le seule moment où j'ai été heureuse, bon je suis méfiante, car elle pourrait très bien me trahir, mais si elle me trahit je la tuerais et je serais radicale. Je n'irais pas par quatre chemins !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bowie Adcock

+ District 7 +

avatar


Messages : 21
Date d'inscription : 16/02/2013
Age : 21

Feuille de personnage
Âge du Tribut : 17 ans
Inventaire du tribut:
Liens dans l'Arène:

MessageSujet: Re: Quand souffle le vent... ♪ [Libre]   Lun 18 Fév - 16:30

Ne faire qu'un avec le vent... écouter le doux silence de la nuit, écouter la musique enivrante des bourrasques. S'échapper du monde terrestre, fuir la réalité, s'évader mentalement de cet univers sanglant. Et oublier toute présence. Oui, oublier toute présence. Se consacrer sur sa propre solitude, pas sur la personne qui t'observe peut-être, dans le noir.

Rester étendu, sentir le souffle frais sur ton torse. Rester allongé, les yeux fermés, comme si tu dormais. Comme si tu dormais, s'en dormir, néanmoins. Bien au contraire, toi, tu restes attentif, concentré. Tu es l'eau qui dort. Il faut se méfier de l'eau qui dort. Tu le sais. Tu es cette âme d'artiste, ce poète muet qui voue un véritable culte à la nature. Ton imagination travaille, s’échauffe même. Elle tournicote dans tous les sens. Tu ne somnoles pas. Non, toi, Bowie Adcock, tu es plus vivant que jamais. Tu es ce félin pacifique tapi dans l'obscurité qui joue avec ses méninges. Tu es cet animal sauvage lunatique, un peu perturbé.

Parfois, tu te demandes ce que tu pourras faire, une fois dans l'arène. Cueillir des fleurs peut-être... quoi qu'il n'y en a pas toujours. Réciter des poèmes alors. Oui, les poèmes, tu peux en inventer n'importe quand, quelle joie ! Ou bien, te laisser tuer gentiment... Non ! Cela, certainement pas ! Pour ta pauvre grand-mère, tu vivras. Tu vivras le plus longtemps possible. Te battras-tu ? Non, tu ne penses pas ! Mais alors, tu ne feras rien ? Exact, tu te cacheras comme tu sais si bien le faire. Tu te cacheras pour éviter de revoir la mort, tu te cacheras pour éviter de disjoncter si un élément te rappelant ton obscur passé viendrait à se montrer.

« Bonjour je suis Amanda Degna du district 3 et toi tu es Bowie du district 7 c'est ça ? Je pense me tromper ? Enfin je sais plus et je m'en fiche ? Et puis tu peux ne pas me parler je suis folle tu l'as sans doute remarqué hein ? Tout le Capitole m'appelle la folle ou la tarée, je ne sais pas pourquoi, juste parce que je suis bipolaire ? Juste parce que je suis née comme ça ? Est-ce que c'est de ma faute que je suis folle ? Est-ce que ça l'est hein ? Tu crois que quoi toi ? »

Tiens, le vent se met à parler. Il se présente. Tu ignorais que le vent avait un nom... Quel étrange phénomène, quelle étrange voix aussi. Une voix faussement lente, une voix hachée, à demie contrôlée. Amanda Degna... voici donc le petit nom du seigneur vent. Quel drôle de nom pour un élément naturel.

Tiens, le vent continue à parler. Il connait ton identité. Vraiment ? Quelle chance d'être connu par une personne d'une telle prestance. Tu n'en demandais pas temps. Tu es ravi, tu es comblé. Le vent sait que tu existes ! Le vent sait que tu existes ! Toi, fervent admirateur de cet être divin, de cet être si attirant, tu es pour lui plus qu'une ombre invisible. Il te connait ! Il te connait !

Tiens, le vent parle encore. Il prétend être fou. Oh, il a bien raison. Le vent est fou. Le vent est fou et c'est une bonne qualité. Dans ton District, le vent fou fait bruisser les feuilles. Fait bruisser les feuilles et les fait tourbillonner aussi. Quand elle tourbillonnent, elles semblent danser. Danser, comme si elles étaient réellement animées.

Tiens, le vent parle toujours. Il dit être bipolaire. Bipolaire ? Non, Bowie, tu as mal entendu, il voulait certainement dire qu'il était polaire. Or, toi, tu aimes le vent polaire, c'est même ton préféré. Tu détestes, tu as horreur de la chaleur. Le vent polaire doit être frais, il est frais. Oh oui, ce vent là, tu l'aime déjà. Un vent fou. Un vent polaire. Ne peut qu'attirer ta sympathie, c'est indéniable.

Tiens, le vent crie maintenant. Quoi ? le vent crie ? Le vent crie ? Mais c'est impossible... et puis quel cri strident, tu détestes les cris !

Je crois que la transe est terminée... Le calme n'est plus là. Je bats des paupières, et alors, je comprends. Ce n'est pas le vent qui parlé c'est une fille, une tribut. Comme moi.

Soudainement éclairé, je me mis à rire. A rire d'un rire claire et pur. Il n'y a rien de plus marrant que d'entendre quelqu'un se prétendre fou. C'est vrai ! Lorsqu'on est fou, on ne le crie pas sur tout les toits, et encore moins à un pauvre inconnu. Non, à mon avis, cette fille se prend trop la tête, elle agit simplement au file des sentiments... comme moi. Il n'y a pas de folie la-dedans. Il faut s'exprimer dans la vie ! Rire, pleurer.... crier ! Tout est si humain.

« Vois-tu la différence,
Entre se dire fou,
Et être fou ?
En l’occurrence,
Je ne crois pas.
Respire,
Soupire,
Et viens t'asseoir avec moi.
Ecoute le vent,
Contrôle tes sentiments,
Et, calmement,
Dis moi ce qui ne va pas.
Nous sommes tous différents,
Je suis un roux poète.
Alors ne te prends pas la tête,
Et parle moi, de tes tourments.
»

Oui, ne te prends pas la tête l'amie. Allez, cesse de crier je t'en prie... Je déteste le bruit, si tu continue je pourrais bien faire une crise aussi... Et il ne faut pas. Non, il ne faut pas.

Ce jour là... Maman crier aussi.
Et papa.
Et Quinn.
Et Sophia.
Et la guerre les a pris. Les a pris. Les a pris.

Et ils crier. Crier. Crier. Crier. Crier. Crier. Crier.

Alors ne crie pas s'il te plaît. Non, ne crie pas.

« Pose toi là,
Et, s'en parler,
Admire l'obscurité,
Assise à côté de moi.
Mais cesse de crier,
Car les cris,
Le pauvre Bowie,
Ne peut les supporter.
»

Pourquoi s'exprimer en vers ? Hum, je ne sais pas. Depuis la guerre, j'aime cette expression si.

C'est tout.

Il n'y a rien à comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Quand souffle le vent... ♪ [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand souffle le vent... ♪ [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « L’aventure est dans chaque souffle de vent. »
» Comme souffle le vent [pv Margaret] Terminé
» Quand l'aurore se lève et rend nos robes semblables à la roche. PV Apache
» Souffle de vent sur la montagne [Célestre]
» Oasis Is good!!! Sauf quand y'en a plus! [ libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Cornucopia : Forum RPG Hunger Games :: Après l'effort, le réconfort ! :: Rp's Libres :: Flash-Back :: Edition Quatre :: Capitole-