The Cornucopia : Forum RPG Hunger Games

Un forum RPG sur les Arènes de Hunger Games...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Just train... and talk? - Caleb • Eden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mathias M. Eriksen

+ District 5 +

avatar


Messages : 222
Date d'inscription : 01/01/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part.

Feuille de personnage
Âge du Tribut : 15 ans
Inventaire du tribut:
Liens dans l'Arène:

MessageSujet: Just train... and talk? - Caleb • Eden   Dim 3 Mar - 11:11


L'hôtesse du District 5 me réveille en criant par derrière la porte fermée. Je me force à me lever, à contrecœur. La nuit a été... difficile. Comme la plupart des autres. Au moins, cette fois j'ai réussi à dormir un minimum. Même si mes nuits sont peuplés de monstres. Monstres... enfantin, comme mot, mais je ne vois pas comme je pourrais les appeler autrement. C'est... tous les mauvais souvenirs de mon passé qui reviennent. C'est... abominable. Bref. Je sors de ma chambre, et je vais dans la salle de bain, où se trouve la tenue qu'on va devoir porter pour les entraînements. Je me bloque devant à elle. C'est... un maillot à manches courtes. Ce qui laissera les marques sur mes bras très visibles. Bon. Va falloir que je trouve un moyen de les cacher. Je me lave le visage, avant de mettre le maillot (qui a le numéro 5 imprimé sur le dos), les pantalons, de la même couleur du maillot, et les bottes noires. Je... Je n'ai pas envie d'aller à l'entraînement. Ce n'est qu'un moyen pour se faire voir par les autres. Enfin, surtout les carrières. Pour la plupart, les autres vont essayer d'apprendre comment utiliser une arme, ou comment faire un feu. Comme je vais probablement faire, mais en 3 jours, on va pas avoir le temps d'apprendre beaucoup de choses. Je sors de la salle de bain, et je vais vers l'ascenseur transparent, où Eden arrive peu après.

La première chose que fait l'entraîneur-chef, c'est de nous mettre en demi-cercle, pour ensuite nous expliquer comment vont se passer les autres jours. Très intéressant... Je passe le plus clair de mon temps à observer les autres tributs. C'est la première fois qu'on est réunis, sans costumes extravagantes ou maquillage. Comme chaque année, on a les bisounours, les muscles -probablement sans cerveau- et les moyens. Rien de très nouveau. L'entraîneur continue à parler, et je ne sais même pas si tout le monde écoute, ou si eux aussi ont commencé à rêvasser. Si quelqu'un arrive à trouver ça assez intéressant pour l'écouter du début à la fin, il mérite un prix pour la résistance à l'ennui. Et un pour la folie. Je n'ai prêté qu'une oreille distraite au début, mais maintenant ses mots n'atteignent même pas mon cerveau. Après avoir observé les tributs, je passe aux ateliers. Je ne reconnais pas la moitié des armes. En revanche, les ateliers pour le survie ne semblent pas très difficiles. Sauf le camouflage, peut-être. Puis, il y a les autres ateliers, comme l'atelier des nœuds, celui de la course aux obstacles... Je ne sais pas vraiment lequel je vais choisir. Il faut que j'apprenne des trucs utiles à la survie, comme le camouflage, mais il faut aussi que je me perfectionne avec les armes. Enfin, avec les couteaux. C'est la seule arme que je sais manier assez bien. Et encore. Je ne suis pas très fort avec. Je peux toujours essayer d'apprendre à utiliser des autres armes. Certes, ça ne va pas suffire, mais on sait jamais sur quoi on peut tomber dans l'arène. Finalement, l'entraîneur finit son discours et nous libère. Certains tributs se contentent d'aller dans un coin pour pleurer. D'autres foncent vers les armes, pendant que le reste va plutôt sur la survie. J'hésite un peu, avant d'aller vers l'atelier des haches.

Quand j'arrive à l'atelier, l'entraîneur commence à expliquer. C'est... déjà plus intéressant que le discours initial. Puis, quand il me demande si j'ai jamais utilisé des haches, je secoue la tête, avant d'ouvrir la bouche et de lui monter que je n'ai pas de langue. Il semble... être dégoûté. Qu'est-ce qu'ils sont sensibles, au Capitole. Ce n'est qu'un bouche comme les autres, mais sans une langue. Bref. Il continue son explication, en évitant de poser des questions.


Dernière édition par Mathias M. Eriksen le Ven 15 Mar - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Just train... and talk? - Caleb • Eden   Dim 3 Mar - 14:02

JUST TRAIN... AND TALK ?


Le soleil n'est pas encore lever a l'extérieur mais j'ai déjà les yeux grand ouvert. Encore une fois les gens du capitole on fait la fête toute la nuit mais celle ci semble prendre fin. Les lueurs qui dansent sur mon plafond gris et tristounet se font moins nombreuses et surtout moins intense. Je n'ai dormi que quelques heures. C'est devennu une habitude chez moi depuis de nombreuses années. Dormir quelques heures dans la nuit. Dormir quelques heures qui me sont suffisante pour être reposer physiquement et mentalement. Je me lève tout de même du lit sachant très bien qu'il me reste quelques heures avant de voir le soleil percer les profondeurs et la nuit qui englobe le capitole. En short j'attrape un T shirt qui traine au bout de mon lit me dirigeant vers la porte. Je l'enfile sur mon dos en sortant de l'appartement pour aller faire une petite promenade dans les couloirs sombres de cet immeuble. Les mains dans les poches de mon short rouge je suis plonger dans mes pensées. Que fait Seamus en ce moment même ? Est-il confortablement installer entre nos parents profitant de la chaleur que dégage les corps de papa et maman ? Sont ils désespérer de me savoir présent ici ? Au contraire me sont ils reconnaissant d'avoir sauver mon petit frère en me portant volontaire a sa place ? Toutes ces questions qui m'attaquent l'esprit. Je me rend alors compte que je suis sur la terrasse du bâtiment les derniers bruits de la fête me montant aux oreilles. M'approchant de la rambarde je prend appuie sur celle ci croisant les bras devant moi.

Quelques heures plus tard je suis a l'entrainement quotidien et obligatoire. Si je pouvais m'en passer je m'en passerais bien. Cet exercice pour montrer aux autres tributs qui est le plus fort. Je préférerais cacher mes compétences aux autres tributs. Droit comme un piquet dans ma tenue et les bras croisés sur ma poitrine j’écoute la voix lointaine de l'entraineur-chef. Aucune des paroles qu'il prononce ne m’intéresse réellement. De toute façon a regarder le visage des autres tributs, personne ne semble très emballer par ses paroles. Il nous parle de survie et de compétences nécessaire. Quel ironie lorsqu'on vit au capitole depuis sa naissance et que l'on ne manque de rien. Que sait il de la survie ? Que sait il d'un combat contre la faim ? Lâchez le dans l'arène et il meurt dans les trois premières heures. Ses paroles m'irrite et je sert les poings. J'aimerais lui claquer dans la mâchoire. J'aimerais lui envoyer ce coup dans le visage pour voir sa réaction. Ils jouent les gros durs a essayer de nous entrainer mais un simple coup de poing les coucherais tous au sol le nez en sang. Ils gémiraient le nom de leur maman après avoir pris conscience que sa belle petite gueule est défiguré. Que son nez seras de travers mais au j’oublie... Il pourras se le faire redresser voir même embellir. Il était temps que son discours inutile s'achève. Je n'aurais pas supporter une phrase de plus sur l'endurcissement. Qu'ils me font rire ! Je me dirige machinalement vers les stands des armes comme les autres carrières. Les D1 et les D2 y sont toujours les premiers. Je vais faire de même et m’entrainer avec ces couteaux qui m'attirent l’œil depuis que je suis rentré dans cette salle.

Prenant les armes en main je les observe sous toutes les coutures. Il ne fait aucun doute qu'il s'agit de lames magnifiques et tranchante comme des rasoirs. Légère et maniable. L'arme parfaite. Mes bottes font un léger bruit lorsque je m'éloignes des autres carrières qui semblent me dévisager. Le district 4 n'est pas connu pour avoir les carrières les plus violent de ces jeux. Je sourit me plaçant a une certaine distance d'un mannequin d'entrainement rouge dont le cœur est matérialiser par une grosse cible blanche. Toucher une partie du corps est simple. Ce qui est beaucoup plus difficile c'est d'atteindre la tête. Un instructeur vient me voir et commence a parler voulant m'expliquer le principe des armes de lancés. Je sourit amicalement sans lui dire un mot et lève ma main lui montrant du pouce le numéro sur mon épaule. Il se tait automatiquement et croise les bras. Je ne voulais pas ça mais les yeux des autres carrières sont tournés vers moi et ceux de l'instructeur aussi. Je hausse les épaules en soupirant. Je jette le couteau par le manche pour le rattraper entre deux doigts par la lame. Sans attendre un instant de plus j’envoie les trois couteau que j'ai entre les mains. Le premier décrit une courbe parfaite pour venir se planter dans l'estomac du mannequin suivit quelques seconde plus tard du second qui se plante dans le cœur de celui ci. Le dernier quand a lui traverse la zone dans une ligne droite et parallèle parfaite pour se planter pile entre les deux yeux du mannequin. Je pose les miens sur le visage de l'instructeur qui se décompose lui adressant un clin d’œil avant d'aller arracher les couteaux du mannequin. Venant les reposer au stand j'apprecoit ce tribut qui écoute un instructeur avec une hache entre les mains. Je ne sais pas pourquoi j'ai envie d’emmerder les instructeurs et ce que je vais faire ! Je m'approche d'eux pour reposer les couteaux en lâchant une petite phrase ironique

" C'est sur que vous vous y connaissez en maniement d'arme vous... C'est sur qu'on a vu le résultat. Si tu lui apprends a taper comme toi alors il finiras aussi faible que mon frère Seamus.... " Je me retourne face a lui et lui lâche un grand sourire amicale. L'entraineur me lance une réplique cinglante m'ordonnant de la fermer méchamment alors que je lui montre une grosse cicatrice sur mon bras froid. " Tu sais d'où ça vient ça ? J'ai affronter a main nue un cinglé armé d'un couteau parce qu’il s'en ai pris a ma petite amie... Tu l'a déjà fais te battre ? " En réalité cette cicatrice me vient d'un accident de pêche des plus banals alors que mon père et moi étions entrain de vider un imposant brochet. J'embellie l'histoire pour essayer de lui faire se la fermer. Je ne supporte pas qu'on ose nous donner des cours sur le maniements des armes alors que ces instructeurs on passer leur vie avec le cul bordé de nouille. Des bourgeois abrutis voilà ce qu'ils sont. Il finis par hausser les épaules et presque jeter l'arme entre du tribut en s’éloignant grommelant dans ses dents. Je fait un clin d’œil au tribut " Ce type n'est même pas capable de se torcher le cul seul alors t'apprendre a utiliser une arme... " Les gens du capitole n'aime que l'on se moque d'eux. Quoiqu'il en soit si le jeune tribut veut apprendre a utiliser une arme je pense être capable de lui apprendre quelques rudiments...
Revenir en haut Aller en bas
Eden E. Milroch

+ District 5 +

avatar


Messages : 138
Date d'inscription : 23/11/2012
Age : 26
Localisation : Juste devant toi ♪

Feuille de personnage
Âge du Tribut : 15 ans tout juste
Inventaire du tribut:
Liens dans l'Arène:

MessageSujet: Re: Just train... and talk? - Caleb • Eden   Dim 3 Mar - 19:25

Allongée, apaisée comme jamais auparavant, je flânais telle une marmotte dans mon immense lit douillet. Je songeais à ce voyage qui m'avais amené ici, dans ce magnifique palace où le luxe semblait "normal". Nous étions arrivé par le train. Un magnifique train, vous savez, genre à avoir de confortables fauteuils et de délicates assiettes remplies de mets les uns plus délicieux que les autres. Je me voyais telle une princesse, tout le monde à mes petits soins ou à ceux de Mathias. Et oui, car nous étions tout deux dans la même galère, quand bien même il y aurait de l'eau ! Nous étions arrivé au Capitole, subit le récurage à fond, obligatoire, de chaque parcelle de notre peau, les chariots où j'avais failli tuer ma styliste par mégarde... Bref. Nous avions les entraînements qui allaient commencer. Et c'était ce matin même.

Il était temps de me lever et de me préparer. ce n'est qu'avec regret que je quittai mon lit et sa douce chaleur. Le froid me tenailla comme une lame. Quand j'y repense, au district, j'étais habituée à des fraîcheurs beaucoup plus intense... C'est drôle comme on s’acclimate très vite ! Dans un bond, j'éliminai toutes ces richesses et ces cadeaux et ces mirages de mon esprit. Il était temps de s'y mettre vraiment ! Avec un entrain jusque là dissimulé, je me lavai et m'habillai avant de rejoindre Mathias. Je lui dis un salut rapide avant de gagner l'endroit où avait lieu l'entrainement, dans un silence des plus assourdissants. Plusieurs ateliers nous étaient proposés, aussi décidai-je de gagner celui où l'on nous apprenait à confectionner des pièges. Bien entendu, je pris une tête d'ahurie quand un discours s'éleva de derrière les tributs. Ok, Eden tu commences bien ! Je tendis l'oreille sans vraiment écouter en réalité. J'étais plutôt subjuguée par les magnifiques lames qui s'étalaient sur un reposoir. Elles étaient si belles, si propres, si neuves. Ce n'est que quand un autre tribut s'avança vers moi que je me détournai vers les pièges. Je m'y attelai avec une concentration non feinte, voulant acquérir de nouvelles connaissances qui pourraient m'être utiles par la suite.
Le maniement des lames, je me débrouillais dans le domaine suffisamment pour ne pas révéler aux autres mes capacités.

Je ne pris pas garde de ce qui se tramait à ce stand qui m'avait tellement subjugué. Ce n'est que quand j'entendis une voix plutôt grave dire "se torcher le cul" que je relevai la tête, curieuse. Je vis Mathias - qu'est-ce qu'il foutait là, lui ? - ainsi qu'un mec et un instructeur. La voix devait être celle du mec inconnu. Je ne pense pas qu'un instructeur du Capitole se permettrait de dire de telles choses devant nous autres. Bien que cela ne m'aurait étonné qu'à moitié. Sans m'en rendre compte j'étais à demi levée, prête à m'avancer dérouiller quiconque s'en prendrait à mon muet. Comme je ne savais pas réellement ce qu'il se passait, je lâchai mon atelier sans un mot pour mon instructeur qui paru dubitatif, et m'avançai vers les trois autres. Je les détournai pour être aux côtés de Mathias et dis-je d'une voix glaciale, sans forcément viser quelqu'un en particulier :

"Il y a un problème ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathias M. Eriksen

+ District 5 +

avatar


Messages : 222
Date d'inscription : 01/01/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part.

Feuille de personnage
Âge du Tribut : 15 ans
Inventaire du tribut:
Liens dans l'Arène:

MessageSujet: Re: Just train... and talk? - Caleb • Eden   Lun 4 Mar - 11:59


L'instructeur parle du moyen optimal pour prendre une hache avant de la lancer, alors qu'un autre tribut arrive. Je crois qu'il s'appelle Caleb, et qu'il vienne du District 4. Si je me rappelle bien de sa Moisson, il a 18 ou 17 ans. En tout cas, il ne semble pas admirer beaucoup l'entraîneur. Enfin, c'est ce qu'il me semble après l'avoir entendu parler. Sa voix est assez grave.

-C'est sur que vous vous y connaissez en maniement d'arme vous... C'est sur qu'on a vu le résultat. Si tu lui apprends a taper comme toi alors il finiras aussi faible que mon frère Seamus....


Il me fait un sourire amical. Je sens une froideur qui monte sur mon dos, dû surtout aux réactions habituelles des autres quand ils me voient. Je serre derrière mon dos mes poignets, en faisant remonter la douleur des blessures. Pourquoi il me sourit, alors qu'on se connait pas et qu'on espère que l'autre meure pour vivre? Je baisse ma tête, en observant mes bottes, qui sont devenues très intéressantes tout d'un coup. L'instructeur lui réplique méchamment de la fermer. Puis, Caleb nous montre un grosse cicatrice sur son bras.

-Tu sais d'où ça vient ça ? J'ai affronter a main nue un cinglé armé d'un couteau parce qu’il s'en ai pris a ma petite amie... Tu l'a déjà fais te battre ?

Mmm... Intéressant. Ce sont des détails qui pourraient m'être utiles, après. Enfin, pas beaucoup, mais un tout petit peu. L'entraîneur hausse les épaules, avant de jeter la hache vers moi et de s'éloigner en grommelant. Il n'a pas dû aimer les répliques du tribut. Caleb me fait un clin d’œil.

-Ce type n'est même pas capable de se torcher le cul seul alors t'apprendre a utiliser une arme...

Je lève les épaules, pour montrer que ça n'a pas vraiment d'importance qu'il s'en soit allé. On reste là, en silence. C'est dans les moment comme ceux-ci que j'aimerais bien pouvoir parler. Enfin, je sais parler le langage des signes et parler en remuant les lèvres, mais je doute que Caleb le sache. Le silence reste maître, en cet instant. Heureusement, Eden arrive et se met à côté de moi. Sa voix est... froide. Je ne sais pas comment la qualifier d'une autre façon.

-Il y a un problème?

Ouf. Quelqu'un avec qui j'arrive à me faire comprendre. Eden et moi, on se connait depuis très longtemps. C'est presque ironique qu'on ait été tout les deux moissonné dans la même année. Au moins, on est en deux pour se soutenir l'un l'autre pendant les Jeux. Ça signifie aussi qu'un d'entre nous va sûrement mourir, mais... On va rester ensemble, comme on a toujours fait avant. Je commence à parler en bougeant les lèvres, sûr que Eden me comprendra, comme on fait ça depuis des années.

"Non. Enfin, pas vraiment.Lui -enfin, Caleb-, il a juste... heu... fait fuir l'instructeur. Ce qui nous laisse seuls avec lui et les haches.Tu pense qu'on devrait faire quoi"?

Je la regarde en attendant sa réponse. J'espère qu'elle va garder son calme, pas comme... pendant la Moisson. Surtout car Caleb est un carrière, et en regardant les autres éditions, on a pu voir leur envie de tuer. Ou du moins, leur habilité dans le faire. Et... nul doute que s'il commence à nous détester, il peut nous tuer dès le Bain de Sang. Ce qui serait très désagréable. Bref. Mon regard passe de Caleb à Eden, en attendant leurs réactions.


Dernière édition par Mathias M. Eriksen le Ven 15 Mar - 22:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Just train... and talk? - Caleb • Eden   Mar 5 Mar - 19:00

JUST TRAIN... AND TALK ?


Je reste droit en croisant les bras sur ma poitrine. Le jeune tribut semble timide et ne me décroche pas un seul mot. Je suppose que le grand 4 peint sur mon dos a dut l'effrayer. Je l'observe légèrement mal a l'aise quand une espèce de folle débarque avec une voix froide et sèche qui me fait sourire. Elle me rappelle un peu cette fille dans notre district. Merde comment elle s'appelle ? Suzy je crois ! Une petite blonde toujours froide et cassante qui finis par partir en pleurant quand on commence a hausser le ton de la conversation. Un problème ? Non aucun a part que nous sommes entouré de parfait abrutis n'ayant jamais tenu une lame de leur vie et qui se proclame entraineur. Quelle belle blague non ? Je me contente de sourire amicalement et m’apprête a lui répondre quand je vois le jeune tribut remuer les lèvres mais aucun son n'en sort. Presque instinctivement je lève un sourcil très surpris par ce que je viens de voir. Il vient de lui parler mais aucun son n'est sorti de sa bouche. Mais oui bien sur ! Je me retient de me frapper la paume de la main contre le front. Mais bien sur c'est lui le tribut muet dont on m'a parler. Je ne pensais qu'il ressemblerais a ça ni même qu'il viendrais du district 5. Je me contente de passer la surprise sur mon visage avant de lâcher un grand sourire et dire presque nonchalant en haussant les épaules

" Je disais juste a ton camarade que c'est pas avec eux qu'il va apprendre a se défendre... Rien de mal "

Je lui lâche un grand sourire accompagné d'un clin d’œil avant de reprendre les couteaux que j'avais quelques minutes avant entre les mains. J'en prend même trois de plus montant le compteur a six. Trois dans les mains et trois autres que j'accroche a ma ceinture en souriant. Je m'éloigne d'eux pour partir vers les cibles et le parcours d'obstacle a cible fixe et mouvantes. Le tribut d'avant fais une prestation minable s’étalant de tout son long dans la boue alors qu'un sourire apparait sur mon visage et que je m'élance a mon tour dans le parcours. Sautant par dessus les obstacles avec rapidité, me jetant au sol pour éviter ce qui m'arrive dessus comme des rondins de bois. Simple beaucoup trop simple. Je me relève et m'élance vers un mannequin de dos le couteau de lancé dans la main. Je le prend la lame en bas et me jette sur le mannequin lui plantant le couteau dans le sommet du crane a deux reprises avant de le faire chuter au sol. J'enchaine rapidement en lançant mon couteau se planter dans une seconde cible immobile. Le couteau s'envole avec précision mais rate de peu la gorge du mannequin alors que j'enchaine avec un second couteau qui vient se planter en plein dans celle ci. Souriant je me relève, il me reste trois couteaux. Je cours parmi les obstacles alors qu'un bruit sur ma droite m'attire. Je me jette par terre pour éviter un projectile d'entrainement attrapant un des trois couteaux restant a ma ceinture. La cible s'avance avec rapidité. J'imagine que c'est un homme qui fonce vers moi les bras lever au dessus de sa tête avec une épée. Sans plus attendre j’envoie mon couteau qui se plante sans grande précision dans un des bras du mannequin. J'arrache un second couteau de ma ceinture roulant sur moi même avant de m'élancer vers lui. J'attrape la nuque du mannequin et plante ma lame dans le menton de celui ci avant de lui tordre le cou. Mon dernier couteau a la ceinture j’attends l'une des dernières surprises de ce parcours. Elle ne tarde pas a arriver avec une cible mouvant rapidement parmi des obstacle. Je la suit des yeux avant de lancer mon couteau quelques mètres devant elle priant pour que la lame se plante dans celle ci avant que la cible ne disparaisse dans le mur. Mes prières on surement était entendu puisque celle ci vient se planter dans l’extrémité de la cible arrêtant sa course folle. Je soupire mais n'entend pas sonnerie signalant la fin du parcours. Quel est donc cette étrange magie ? Je reste la fixant tout autour de moi désarmé reprenant mon souffle lentement. Les sens aux aguets je me rend compte de ce que je viens d'accomplir... Toutes ces années d'entrainement on finis par payer. Soudain un des entraineurs... Celui avec qui je me suis embrouillé saute dans le parcours avec des protections un peu partout. Je me marre en tournant la tête vers les autres entraineurs qui m'observent

" Vous êtes sérieux ? Le cul bordé de nouille ? "

Je hausse les épaules après tout un entrainement est un entrainement je vais pas me plaindre. Je sourit prenant une garde pour protéger mon visage. Ils vont vouloir me faire payer l'affront que je lui ai fais subir tout a l'heure et il ne fais aucun doute que c'est un entrainement au corps a corps. Je m'approche de lui esquivant rapidement une tentative pour m'attraper par le bras avant de lui envoyer mon poing droit dans la mâchoire protéger. J'attrape pourtant l'arrière de sa tête et lui enfonce mon genou dans le torse a plusieurs reprise lui plaçant quelques coups de poing aux endroits non protéger. Puis j'essaye d'attraper sa jambe. Il s'écoule un petit moment avant que je n'arrive a le faire tomber au sol mais lorsqu'il est au sol je pose mon genou contre son torse et tien sa main dans l'un des mienne. L'autre poing prêt a fondre sur son nez a toute vitesse. Je lui sourit et lui fais un clin d’œil alors que la sonnerie résonne dans la salle. Amuser je me relève en m'éloignant vers un des nombreux robinet contre les murs. J’appuie sur le bouton faisant couler l'eau entre mes mains pour boire quelques gorgées et me mouiller le visage alors qu'un mouvement a mes cotes me fait relever la tête...
Revenir en haut Aller en bas
Eden E. Milroch

+ District 5 +

avatar


Messages : 138
Date d'inscription : 23/11/2012
Age : 26
Localisation : Juste devant toi ♪

Feuille de personnage
Âge du Tribut : 15 ans tout juste
Inventaire du tribut:
Liens dans l'Arène:

MessageSujet: Re: Just train... and talk? - Caleb • Eden   Mer 13 Mar - 0:50


Ici la schizo, bonjour ! C'est exactement ça que je devrais sortir vu la réponse de Mat' suivie de près par celle de l'autre tribut - Caleb, il me semble. Il n'y a absolument rien... On ne s'en prend pas à mon muet adoré. Bref, j'ai encore fait une boulette, moi et ma paranoïa à la limite de l'insupportable ! Je note cependant dans un coin de mon esprit la surprise du mec face
à l'absence de son de la part de mon ami. Et oui, c'est lui le muet ! Et ouais , étonné hein ?! Et bim ! C'est jouissif en quelque sorte d'être une des rares à savoir lire sur les lèvres. Même si dans l'arène, si nous nous retrouvons séparés, cette anormalité ne nous sera pas d'une très grande aide. Par contre, ensemble... Nous ne ferions pas de bruit en parlant, ce qui serait un très bon point. C'est ce que j'en pense, tout au moins. Après, libre aux autres d'en penser ce que bon leur semble !

Caleb me fait uun clin d'oeil avant de récupérer les couteaux et de s'en aller vers l'atelier qui m'attire beaucoup. Je hausse un sourcil interrogateur avant de murmurer à Mathias :

"Il a un grain ce mec, ou quoi ?"

Je ne sais quoi penser. Il semble désireux d'aider un pauvre tribut qui n'y connait rien, mais il se casse. Je fais si peur que ça ? Comme pour m'assurer de ne pas être un monstre, je passe mes mains sur mon visage... Hum, tout semble être à sa place. Bizarre !
Je me tâte à aller lui demander son problème mais il est déjà au prise avec un instructeur. Il est sérieux ce mec ? Il souhaite montrer à tous ce dont il est capable ?! Plus abruti tu meurs... Mon visage s'assombrit tandis que je le regarde s'agiter. Mouais... Il aime remuer le vent ! Bien qu'il soit en effet très doué. En fait, il me fait un peu flipper... Et en même temps. En même temps, un sentiment s'impose en moi. Mais nous n'avons pas le droit. Non non Eden ! Pas attaquer, pas bouger ! Je fais un pas en direction des tatamis où Caleb bat à plate couture l'autre idiot du Capitole.

"Mathias... Retiens-moi, j'vais faire une putain de connerie !" lui dis-je en attrapant son bras.

En fait, lui et moi, c'est un peu comme les deux doigts de la main : on se comprend... On s'est toujours compris, sans avoir besoin de prononcer un seul mot ! Il n'a pas besoin de me retenir puisque ça a toujours été moi, qui dans ma tête, me donne l'illusion qu'il me retient. Et si je rompt le contact, je suis out. Fini. Game Over. Vous voyez le genre ? Non ?... Mouais, oubliez ! Je ne suis pas normale ahah ! 'Fin ça... Vous commencez à le comprendre, non ?...

Du coup, je ne fais pas la pire connerie de toute ma misérable vie qui va très vite être écourtée. Je ne suis pas allée le mettre au défi de me battre. Je suis certaine qu'on est à peu prêt au même niveau. Donc... Ça aurait pu être joli à voir... Tant pis. Au pire on peut toujours voir ça loin des yeux du Capitole ? Genre, sur le toit ? Là haut il ne doit pas y avoir de caméra, non ? Bref, je pense que Caleb va recevoir de mes nouvelles d'ici peu !

"Nah mais t'es conne toi !" je m'exclame à moi-même, un peu trop fort...

Les regards se tournent vers nous deux. Enfin, surtout sur moi... Ils ont tous du voir ma moisson... Malheur. Ils ont du comprendre que je ne suis carrément pas saine d'esprit. La honte me brûle les joues. Mais cette attention sur moi se repose très rapidement. Les autres tributs ont du pain sur la planche et, perdre du temps à constater la schizophrénie d'une pauvre fille, n'en faisait pas parti !
Je vois au loin Caleb qui se désaltère. Je sais pas pourquoi, mais ma main toujours verrouillée au bras de Mathias, je m'avance vers lui.
Je tire mon ami à ma suite, sans le forcer cependant. Il est libre de ses mouvements, s'il veut partir de son côté, il en a la possibilité.

Une fois à hauteur de Caleb, je murmure pour que seuls nous trois entendent :

"T'es cinglé ? Montrer ce dont tu es capable est stupide !"

Moi, excessive et impulsive ? Noooon, jamais, voyons ! Comment ça la cinglée, ici, c'est moi ?...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathias M. Eriksen

+ District 5 +

avatar


Messages : 222
Date d'inscription : 01/01/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part.

Feuille de personnage
Âge du Tribut : 15 ans
Inventaire du tribut:
Liens dans l'Arène:

MessageSujet: Re: Just train... and talk? - Caleb • Eden   Ven 15 Mar - 22:19


Caleb me semble assez surpris que ce soit moi le tribut muet. Oh, personne l'avait informé? Il faut aussi dire que pendant la Moisson et la Parade des tributs, on avait pas beaucoup de chances de savoir si les autres sont muets ou non. Bref. Caleb répond à Eden, nous fait un clin d'oeil et se dirige vers l'atelier des couteaux. La voix d'Eden m'arrive aux oreilles. Un murmure, qui normalement serait noyé par le bruit de la salle d'entraînement, mais j'ai un très bon ouïe. Peut-être pour compenser l'absence de ma voix? Mah. Peut-être.

-Il a un grain ce mec, ou quoi ?


Caleb commence à montrer à tout le monde ce dont il est capable, en annulant l'effet surprise qu'il aurait pu utiliser. Bon, c'est un carrière, mais il aurait quand-même pu cacher ses talents pour nous tuer plus facilement après.

-Mathias... Retiens-moi, j'vais faire une putain de connerie !


Elle attrappe mon bras, et je fais de même. Probablement, sa connerie est d'aller vers Caleb. Et non, je ne vais pas la laisser se faire étriper par un carrière avant même le début des Jeux. Même si c'est techiniquement interdit, il pourrait toujours faire passer son meurtre par un accident, et... Bon, Mathias, calme toi. Arrête avec la paranoïa. Caleb ne peut pas blesser Eden. Du moins, pas avant le début des Jeux. Après, de toute façon, tu seras avec elle, donc vous allez pouvoir vous entre aider... Puis, Eden est forte. Elle pourrait avoir le dessus sur Caleb, si elle profitait de la situation.

-Nah mais t'es conne toi !


Tous les regards convergent vers Eden, qui rougit, peut-être pour la honte. Mes joues, au contraire, se chauffent pour la rage. Personne a le droit de la faire sentir honteuse. Personne. Même si elle est folle, même si elle est bizarre, ils ont pas le droit. Point. Heureusement, les regardes se tournent rapidement ailleurs. Eden tient toujours mon bras, lorsqu'elle commence à avancer vers le tribut du 4. Je la suis docilement. Si elle pense que c'est une bonne idée... heu, je vais pas lui dire qu'elle a tort, non? Une fois que nous arrivons devant Caleb, elle parle.

-T'es cinglé ? Montrer ce dont tu es capable est stupide !

Oula. Caleb ne va pas aimer beaucoup ça. Enfin, je pense. Donc, je me dêpeche de me mettre devant Eden, comme ça Caleb ne va pas pouvoir la blesser, et d'ajouter quelque chose, même si Caleb ne sait pas lire les lèvres, d'autant plus que je parle assez vite.

«Heu... en fait, ce qu'elle veut dire, c'est qu'elle pense qu'en agissant comme ça... hum... tu risque de dévoiler tous tes talents aux autres, en leur ruinant la surprise dans l'arène.»


Ensuite, je prends la première arme que je trouve par terre -une hache- et je la lui tend. Cette fois, je parle plus lentement, en articulant bien, pour qu'il comprenne.

«Tu... pourrais peut-être nous enseigner à en utiliser une.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Just train... and talk? - Caleb • Eden   Sam 16 Mar - 15:15

JUST TRAIN... AND TALK ?


L'eau qui coule entre mes doigts alors que je penche la tête pour boire quelques gorgées. Je me rend compte de ce que je viens d'accomplir dans ce parcours d'entrainement mais aussi de l’étiquette qui vient de m'être coller sur le front. Je ne savais même pas que j'avais cette possibilité en moi pour être tout a fait honnête. Mes pensées se tournent automatiquement vers mes frères et mes parents. Ils vont voir ces images non ? Il vont voir comment j'ai réagit en manquant de respect verbalement a cet idiot du capitole mais aussi a quel point je l'ai ridiculiser après ce parcours d'obstacle. Non ces images ne vont jamais sortir de cette salle c'est certain. C'est finalement cette fille qui me fait relever la tête et lever un sourcil lorsque j’entends sa phrase. Moi cinglé ? Ouais peut être j'en sais strictement rien mais une chose est certaine. Avec la démonstration qui vient d'être faites ce qui est certains c'est que les tributs les plus faibles resterons loin de moi pendant les jeux. Rien n'est moins sur pour les tributs les plus arrogants et les plus fort. Je suis certain d'être un des tributs qui arrive a se débrouiller très bien. Surement pas le meilleur mais très certainement pas le plus faible ! Bref quoiqu'il en soit je n'ai pas le temps de lui répondre après m’être redresser que le petit muet se met devant elle en s'agitant comme un insecte. Du moins c'est l'impression qu'il me donne lorsque je vois ses lèvres remuer a toutes vitesse. Je repousse l'idée d'exploser de rire mais affiche avec une certaine insistance une expression interrogatrice sur mon visage. C'est sur je n'ai rien compris a ce qu'il vient de me raconter. Oui strictement rien pas un seul mot mais au vu de son expression facial mais surtout de ses gestes de protection... Il doit penser que je vais lui faire du mal pour la phrase qu'elle m'a adresser. Je croise une nouvelle fois les bras sur ma poitrine en la dévisageant quelque peu. Mes yeux se portant a tour de rôle sur le muet et sur la fille. Je me marre doucement avant de répondre sur un ton calme et le plus bas possible

" Chacun son point de vue... "

Je hausse les épaules avant de m'apprêter a faire demi tour pour leur tourner le dos. J'allais partir en leur adressant un signe de tête en guise de au revoir mais le petit muet me laisse de marbre sur place alors qu'il attrape une hache en me la tendant. Mes yeux se posent sur la lame et roulent le long du manche de celle ci avant de se poser sur les lèvres du jeune muet. Il articule lentement pour que je puisse essayer d'y lire. La moitié de la phrase me semble indéchiffrable. Je me concentre quelques instants sur les derniers mots que j'ai compris. Utiliser une. Mes yeux se posent sur la hache. Mais bien sur ! Je frappe dans mes mains en sortant de ma courte réflexion comme lorsque l'on émerge d'un cauchemar. Je secoue la tête avant d'attraper l'épaule du petit muet pour le trainer sur quelques pas devant un mannequin et de m'écarter.

" Frappe dedans "

Je veux bien l'aider a utiliser une arme... Je sais pas pourquoi et même si cet élan de bonté risque de me tuer dans l'arène... Ma conscience seras tranquille. En l'observant avec cette hache dans les mains face au mannequin je me rend compte et prend conscience de pourquoi j'ai agit de la sorte avec l'instructeur tout a l'heure... Ce petit me rappelle Seamus. Ouais c'est pour ça surement. Connerie de cerveau pourquoi tu voudrais pas t’éteindre quelques minutes pour me foutre la paix ? Hein ?!
Revenir en haut Aller en bas
Eden E. Milroch

+ District 5 +

avatar


Messages : 138
Date d'inscription : 23/11/2012
Age : 26
Localisation : Juste devant toi ♪

Feuille de personnage
Âge du Tribut : 15 ans tout juste
Inventaire du tribut:
Liens dans l'Arène:

MessageSujet: Re: Just train... and talk? - Caleb • Eden   Mer 20 Mar - 16:32


Avant même que le jeune homme puisse répondre, Mathias se met entre nous deux. Hum, ouais tu as raison mon ami, mais je ne pense pas que Caleb soit si fou que ça pour me mettre une raclée. Enfin, la folle c'est moi, non ? Pas lui. On est d'accord ? Au lieu de l'éloigner, je le laisse faire. C'est un grand gaillard qui sait se défendre ! Et oui, même si nous veillons l'un sur l'autre, on ne materne pas l'autre au risque de l'étouffer. En gros, on a chacun nos idées respectives et on respecte celles de l'autre. Même si parfois, j'aimerais le tuer pour certaines choses ! Genre, comme là. J'observe avec une attention redoublée le visage de notre nouvel "ami". Son air impassible trahi cependant le début d'un sourire. Je ne sais pas s'il se moque, mais en tout cas, il aurait bien tord de ne pas se mettre à rire devant les gestes incompréhensibles de mon muet.

Je me rappelle de notre première rencontre. Je me tapais une crise incontrôlable au plein milieu de la grande place. Un cercle de passants me regardait sans un mot, sans un geste. Ils me regardaient et leurs airs à la fois effaré et moqueur me rendaient d'autant plus hargneuse ! Puis il est arrivé avec ses grands sabots. Il s'est frayé un chemin jusqu'à moi avant de se mettre à gesticuler en tout sens et en faisant le poisson avec sa bouche. Sur le coup, gamine de dix ans à peine, j'ai été prise d'un fou rire incontrôlable. Fou rire qui m'a sorti de ma crise. Fou rire qui a rallumé un soupçon d'espoir dans mon petit coeur rouillé.

Pourquoi, bordel, est-ce que je me rappelle du passé à cet instant précis ?! Ah surement parce que son attitude envers Mat ne me rappelle que trop bien une petite schizo bien seule... Mouais. Je ne peux pas lui en vouloir. Mon visage s'étire en un demi sourire. Mes yeux pétillent de souvenirs.
Il croise ses bras sur sa poitrine avant de me répondre banalement, coupant court à mes réflexions. Comment ça "chacun son point de vue..." ?! C'est quoi son putain de problème ?!! Ca ne dépend pas du point de vu ! Ah non ! Il montre aux yeux de tous ses points forts, qu'il n'a pas froid aux yeux... Il leur donne envie de l'éliminer en premier et en même temps... En même temps, ils leur fait peur... Ouah ! C'est un putain de génie ce mec !

"Euh..." je commence, m’apprêtant à défoncer le premier venu, quand je vois Mat prendre la hache et la proposer à Caleb.
Je ne réalise que quelques secondes trop tard que je suis hors sujet. Mathias demande de l'aide. Intéressant. Caleb attrape l'épaule de mon ami et le met face à un mannequin, hache en main. Il lui ordonne juste de frapper dedans, mais je sens que ce qui va suivre sera des plus intéressant, aussi je reste avec eux, me mettant à quelques bons centimètres des deux jeunes hommes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathias M. Eriksen

+ District 5 +

avatar


Messages : 222
Date d'inscription : 01/01/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part.

Feuille de personnage
Âge du Tribut : 15 ans
Inventaire du tribut:
Liens dans l'Arène:

MessageSujet: Re: Just train... and talk? - Caleb • Eden   Sam 23 Mar - 20:05


Caleb semble sourire. Heu... c'est tout de même plus rassurant que s'il nous avait attaqués. Puis, il murmure quelque chose. «Chacun son point de vue...» Quel rapport avec ce que je viens de dire? Mah. Va savoir. Il secoue un peu la tête, avant de me prendre par l'épaule, ce qui me fait frisonner. Je ne suis pas habitué à me faire toucher. Sauf par ma mère et Eden. Elles sont les seules qui peuvent me toucher sans que ça... sans que ça me perturbe. Sans que je sente une étrange sensation dans mon ventre. Bref. Caleb me traîne devant un mannequin, avant de s'écarter.

-Frappe dedans.

Mes mains moites serrent l'hache. J'ai peur de ce que je vais faire avec, comme j'en ai jamais utilisés avant. Mais le fonctionnement est simple... enfin, je crois. Je lève l'arme, avant de la baisser en direction de la tête du mannequin. Elle s'y plante, en arrivant plus ou moins au milieu des yeux. Pas trop mal, mais pendant que je levais l'hache et que je visais, si le mannequin avait été une vraie personne, elle aurait eu le temps de s'enfuir ou de m'attaquer.Donc, globalement, c'est un peu un échec. Mais bon. Pour une première fois, ce ne s'est pas trop mal passée. Je n'ai décapité encore personne, et je n'ai rien fait de grave. Donc, c'est bien. Cependant... je me sens observé. Mais ça m'arrive souvent, donc ce n'est rien de très particulier. Je me retourne, avant de tendre l'hache à Eden. C'est peut-être une idée vraiment très mauvaise, comme elle risque de s'en prendre à quelqu'un et de le tuer à coup d'hache. Mais... je vais prendre ce risque. J'ai confiance en elle.

«À toi.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden E. Milroch

+ District 5 +

avatar


Messages : 138
Date d'inscription : 23/11/2012
Age : 26
Localisation : Juste devant toi ♪

Feuille de personnage
Âge du Tribut : 15 ans tout juste
Inventaire du tribut:
Liens dans l'Arène:

MessageSujet: Re: Just train... and talk? - Caleb • Eden   Lun 25 Mar - 22:46

J'observe Mathias planter sa hache dans la tête du mannequin. Hum... Pas mal pour un début ! Certes, face à une personne mobile, je ne pense pas qu'il réussirait de semblables prouesses. Mais l'espoir fait vivre non ? Et c'est une chose que personne peut nous retirer. Enfin, personne... C'est sans compter sur le Capitole et son idée géniale de lancer les Hunger Games pour bien nous montrer qu'on est tous des idiots ! Bref... Pour le coup, l'espoir me semble une chose vaine et bien fluette. Autant l'oublier ! Et avoir de l'espoir pour les autres, c'est bien beau mais y a pas que ça dans la vie. Oh non ! Bref.

Je croise mes bras sur ma poitrine, droite comme un i. C'est bien beau tout ça, j'ai envie de dire... Mais après ?
Mon muet s'approche de moi, sous l'oeil attentif de Caleb. Il me tend la hache. Je peux lire sur son visage qu'il sent que c'est susceptible ment une mauvaise idée. Mais j'y décrypte également de... De la confiance ?
Oh mon dieu, il est bien plus atteint que ce que je ne pensais ! Ou bien, bien plus naïf ! Nan mais sérieusement... Il a confiance en moi ? Moi qui suis totalement incontrôlable ! Qui suis régie par mes pulsions ? Il est bien plus taré que moi alors s'il a confiance en moi.

Un peu forcée, je prend la hache que je soupèse. Elle est bien équilibrée, pile ce qu'il faut pour avoir une bonne prise dessus. Je m'approche de l'atelier où se trouve les mannequins. Sauf que...

Tu vas vraiment viser un mannequin ? C'est pour les minots qui n'y connaissent rien à la vie, ça ! Pas faux... Pas faux. Moi je veux une cible mouvante ! Oh oui, une cible bien en chair et en sang ! Une cible qui a rigolé de toi pas plus tard qu'il y a une demie-heure ! Ouais. Elle l'aura bien mérité !!! Hihi...

Je tourne le dos au mannequin, sans un regard pour mes deux acolytes. Mon regard est concentré, sombre et étrangement illuminé. Je ne suis plus tout à fait moi tout en restant moi. J'ai envie de le faire mais au fond de moi, je sais qu'enlever la vie d'un innocent tribut présent serait me perdre à jamais. Et j'ai peur de cet autre moi. Ce moi sombre qui me dicte de tuer tout ceux qui sont autour de moi, Mathias inclus. Autant vous dire que cette partie de moi est loin de me mettre du baume au coeur !

D'ailleurs, je fous quoi là ? On me regarde. La hache ? La hache, BORDEL ?!!! Elle est où, putain ??!!! Pourquoi elle est plus dans mes mains ??!! Je l'ai pas bouffée ça non. Et je tourne le dos au mannequin... Mon dieu... Qu'ai-je fais ? Je dois pâlir et même tourner de l'oeil parce que mes jambes sous moi sont comme du coton. Et si j'avais tué quelqu'un...? Tel un spectre, je converge vers Mathias et je le regarde gravement. Je ne discerne pas vraiment ses pensées envers moi. Me voit-il comme un monstre ? Pitié pas lui...

Et c'est là que je la vois. La Hache. Plantée dans le mannequin? Enfin, de ce qu'il en reste. J'ai pété un plomb et je me suis vengée sur le mannequin. Oh putain de bordel DE MERDE !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Just train... and talk? - Caleb • Eden   Mer 27 Mar - 17:20



La première impression que j'avais eu concernant Mathias était effectivement la bonne. Il n'a jamais tenu une arme de sa vie et je peux très clairement le voir dans sa façon de serrer la hache. Son coup fut lent mais précis et fatal pour le mannequin qui reçoit la lame pile entre les yeux. Les bras croisé sur ma poitrine je reste inexpressif même si je lui lâche un petit hochement approbateur avant qu'il ne se retourne vers sa partenaire toujours aussi a l'ouest. Quand je dit a l'ouest c'est complètement ailleurs en fait. Je reste septique quand au fait qu'il lui tende l'arme mais il sait ce qu'il fait. Du moins j'espère sincèrement qu'il sait ce qu'il est entrain de faire et qu'elle ne va pas se jeter sur quelqu'un pour lui planter l'arme dans la poitrine. Pourquoi je pense une telle chose ? Simplement parce-que cette fille a l'air péter du cerveau et encore c'est peu de chose que péter du cerveau. En fait face a moi j'ai une équipe assez étrange et j’entends déjà les railleries les concernant me monter aux oreilles. Au fond pourquoi j’agis comme ça aussi ? Peut être pas pitié non ? Peut être que je veux me rassurer et me dire qu'ils seront plus facile a éliminer que les autres. Elle tourne le dos avec l'arme dans les mains et mes pires craintes commencent a m'attaquer. Elle va faire une connerie et je serais responsable en partie de ce qu'elle feras. J'avais vraiment besoin de tout sauf d'avoir assisté a réveiller une taré de son sommeil. Caleb t'es vraiment un abruti tu le sais ça ? Je décroise les bras prêt a intervenir en toutes circonstance puis tout se passe très rapidement. Elle fait volte face comme une furie alors que le petit muet se trouve a quelque pas d'elle. Sans réfléchir un seul instant je vois Seamus a la place de Mathias et m'avance rapidement vers lui. Je l'attrape d'un bras pour le faire dévier de la trajectoire emprunter par la fille. Une sorte d'instinct de protection m'emporte quand je le repousse derrière moi d'un geste sur le torse. Il allait surement intervenir mais il ferais mieux de rester loin d'elle tant qu'elle massacre ce mannequin. Rarement j'ai vu une lame s'enfoncer avec autant de violence et de haine dans quelque chose. Cette fille est vraiment atteinte et elle me ferais presque pâlir sans dire un mot si je ne craignais pas qu'elle s'attaque a quelqu'un une fois le mannequin détruit. Elle finis pourtant par laisser planter la hache dans ce qu'il reste de cette mousse bleu et dur... Je m'approche lentement quand elle semble émerger d'une sorte de sommeil avant de pâlir.

Ouais elle est complètement ailleurs alors qu'un sentiment de colère m'emporte mais non je dois rester calme... Respire Caleb lui gueule pas dessus c'était ton idée pas la sienne ! Je sais pas trop comment réagir avec elle si bien que j'arrache l'arme de ce qu'il reste de ce pauvre mannequin pour finir de le massacrer d'un coup de hache dans les cotes. La partie supérieur s'effondre au sol dans un grand bruit sourd alors que je repose l'arme sur son présentoir. Tout les regards sont tournés vers nous je peux très clairement le voir et le sentir car plus aucun bruit n’inonde le centre d'entrainement. Ils m’ennervent... Ils m'ennervent ! C'est contre eux que je dois m'ennerver pas contre ces deux tributs que j'essaye d'aider dans le but d'apprendre moi aussi un peu de leurs connaissances... Soudain sans m'en rendre compte j'attrape ce qu'il reste du mannequin pesant pourtant un certain poids avant de l’envoyer s'écraser contre une des colonnes de la salle. J'observe autour de moi les poings fermer en gueulant a moitié

" Vous avez un problème tributs ? "

Je me retourne vers les deux avant de m'approcher délicatement d'eux. Soudain je suis totalement calme et posé. D'une voix douce je m'approche de la fille et attrape son bras la voyant tourner de l’œil. Je l'oblige a s'adosser contre une surface dur en l'observant

" Hey... Hey... "

J'observe Mathias du coin de l’œil en haussant un sourcil. Sans lui adresser la parole je lui pose une question simple : Tu sais comment t'y prendre toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Just train... and talk? - Caleb • Eden   

Revenir en haut Aller en bas
 

Just train... and talk? - Caleb • Eden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pennsylvanie: une maison plus que douteuse [ Tyzy & Caleb & Alice & Rumia & Blair & Kagura]
» Assise dans le train
» Une journée éprouvante [PV Eden]
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» Un coupe papier intégré et du silicone dans l'arrière train.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Cornucopia : Forum RPG Hunger Games :: Après l'effort, le réconfort ! :: Rp's Libres :: Flash-Back :: Edition Cinq [Spéciale] :: Capitole-