The Cornucopia : Forum RPG Hunger Games

Un forum RPG sur les Arènes de Hunger Games...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arbres muets et ombres discrètes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Echo Dawnstar

+ District 12 +

avatar


Messages : 67
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 21

Feuille de personnage
Âge du Tribut : 13 ans
Inventaire du tribut:
Liens dans l'Arène:

MessageSujet: Arbres muets et ombres discrètes.   Sam 27 Avr - 0:02

Spoiler:
 
J'écoute Edward tout en marchant. Il a raison, je dois économiser l'eau... Je baisse la tête, honteuse d'avoir à nouveau fait une erreur. Décidément, j'ai bien peur de décevoir mon coéquipier un peu plus à chaque minute écoulée en sa compagnie. Je suis une idiote. Levant la tête, je ne peux m'empêcher de jeter un regard de reproche aux minces rayons qui parviennent à traverser l'épaisse toison feuillue de la jungle. C'est de leur faute. Si le soleil ne se montrait pas si brillant, si ardant, je n'aurais pas entamé ma bouteille de suite. On aurait pu penser que pénétrer dans cette étendue tropicale nous préserverait quelque peu de la chaleur insurmontable de la plage, mais pas du tout, bien au contraire. Les feuilles se dressent sur notre chemin. Les racines, cachées sous des couches de poussières, nous tendent des pièges. Les branches nous tombent sur la tête, nous tombent sur les yeux. Les buissons nous coupent la route. Et on marche. Et on se baisse. Et on part à droite. Et on part à gauche.
On bouge.
Et c'est bien parce que nous gesticulons dans tous les sens, qu'une chaleur collante et espiègle ne cesse de nous suivre à la trace.

Edward m'a dit tout à l'heure d'une voix plutôt douce que je pouvais lui parler, qu'il ne fallait pas que je m'inquiète... Il n'est pas si méchant que ça finalement. Oh, bien-sûr, il est intimidant, mais quelque chose me dit, qu'au fond, il a un cœur. Et c'est pour cela, que peu à peu, je comble le silence de mon chuchotement léger. Je lui raconte dans une série de murmures ma vie dans le district du charbon, mes nombreuses disputes avec mon frère, mais aussi mes doutes et mes inquiétudes. Il écoute sans bruit, et moi, je continue. Nous sommes deux ombres discrètes entourées par la paroi invisible du silence et des chuchotis d'une petite fille. Je lui décris ce qui nous entoure aussi. On pourrait penser que c’est stupide, mais dans ma bouche, les arbres deviennent de timides géants qui ont perdus leur langue, et les ruisseaux de doux poètes sous forme liquide. Mine-de-rien, le temps semble passer plus vite, même si je suppose qu’une simple demi-heure de marche s’est écoulée depuis notre décision de quitter la plage.

De la sueur coule déjà sur mon front, et ma bouche me paraît bien sèche. Pourtant, cette fois-ci, je ne cède pas à l'irrésistible tentation d'ouvrir mon sac. Je ne boirai pas, pas encore. Boire toutes les heures et suffisant pour éviter la déshydratation, je le sais. Alors j'attendrai, car l'idée de m'empoisonner avec l'eau de l'arène n'est pas très reluisante. Paraître faible aux yeux de tout le monde est déjà bien dur, si en plus je dois mourir empoisonnée, je crois que jamais je ne me le pardonnerais. Haussant les épaules, je continue à avancer, chuchotant toujours à mon coéquipier d'étranges histoires, que mon âme d'enfant parvient à rendre poétiques et féeriques. Vous êtes étonnés ? Bizarre. Je pensais pourtant que tout le monde était au courant... De quoi ? Et bien, par exemple, les feuilles des arbres ne sont pas des feuilles, voyez-vous. Les apparences sont parfois trompeuses, car j'ai bien peur que ce soit une bande de joyeux lutins sylvestres qui nous contemplent, prenant l'apparence de végétaux pour ne pas être reconnus. Ah, l'imagination est une douce folie que l'on arrête plus ! Voyons tout de même le côté positif des choses, j'essaie de rêver éveillée, emmenant Edward dans mon monde. Ça change un peu des crises de larmes, de l'animosité et de la déprime !

Au bout d'un moment, je finis par me taire, plongeant dans une rêverie silencieuse. Rêveuse et timide, je ne pouvais pas continuer à parler sans m'arrêter. Il faut parfois se reposer l'esprit, et il faut dire, que l'ennui et le calme sont bénéfiques lors de ces moments d'échange avec soi-même. Inexorablement, le visage de Narcisse m’apparaît peu à peu. Il me manque. Le sentir loin de moi me procure un sentiment de malaise qui ne semble pas vouloir partir. Ne pas l’avoir à mes côtés est une torture. Le savoir en grand danger quelque part, loin de mon regard protecteur est pire qu’un enfer. A chaque geste, à chaque pas, à chaque souffle, je ressens ce petit pincement au cœur qui vous fait chavirer dans une mer de souvenirs. Mer de souvenirs qu’il est bon de laisser derrière soi dans certain moment, celui-ci ne faisant pas exception. En effet, je dois rester concentrée, j’en ai conscience. Je ne suis pas en vacances. Je ne me trouve pas dans un petit coin de paradis tranquille et paisible. A chaque avancée, je risque ma vie. Tout peut s’arrêter en un claquement de doigt, en un battement de cils. Et savoir que je pourrais mourir s’en avoir revu mon frère jumeau une dernière fois est inacceptable. Je ne le permettrais pas.

« Dis Edward, est-ce que tu as des frères et sœurs, toi ? » murmurai-je en écartant une liane de mon chemin.

Sans m’en rendre compte, les mots m’ont échappés. Ne connaissant pas très bien mon partenaire, j’ignore comment il peut réagir à ce genre de question. Mais, obsédée par l’image de Narcisse qui flotte en ce moment dans un coin de ma tête, je n’ai pas pu m’en empêcher. C’est vrai, Edward a peut-être une famille, des êtres chers qu’il aimerait revoir, des êtres chers qui craignent l’assassinat de leur frère, qui en cauchemardent la nuit…

Attendant une réponse qui tarde à venir, je reprends mon cheminant silencieux, évitant avec précision un petit bosquet épineux.

Au cœur d’une jungle d’arbres muets, nous ne sommes que de simples ombres discrètes, plongées dans un décor dénué de bruits mais dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Whertheimer

+ District 7 +

avatar


Messages : 20
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Re: Arbres muets et ombres discrètes.   Lun 29 Avr - 22:34


Arbres muets et ombres discrètes
La chaleur n'était pas la même que dans son district, bien au contraire, Edward avait l'habitude de travailler dans la chaleur, mais une chaleur sèche, sous un climat aride où le moindre bout de bois devenait une allumette prête à flamber à la première étincelle. En tout logique, il s'était donc attendu à tolérer de manière facile les températures de l'Arène, craignant plus le froid que le chaud. Mais il ne s'était pas attendu un climat tropical. En effet, sur l'île la chaleur était moite, poisseuse, et maintenant Edward comprenait pourquoi le Capitole leur avait choisi cette tenue si légère : elle lui collait déjà à la peau, ce qui le gênait quelque peu, mais ce dont il avait le plus peur c'était la nuit : serait-elle fraîche ? Si oui, il lui faudrait se couvrir car mourir d'un rhume aux Jeux était sans aucun doute la plus honteuse des morts. Malgré cette légère gène, il ne faiblissait pas, habitué à parcourir de longues distances, son district étant à la base un de plus grands de Panem. Mais il était obligé de ralentir quelque peu ses foulées pour ne pas perdre sa camarade de jeu, il se consolait en se disant qu'ainsi il économisait ses forces pour les futurs batailles à venir. Sous la protection des feuillages, le Soleil tapait un peu moins fort et permettait en certains endroits proches de rivières de prendre un bol d'air frais ce qui était très agréable. Cela ne faisait pas si longtemps qu'il marchait à en juger par le soleil qui descendait, une heure tout au plus mais Edward entendait déjà le souffle un peu court de la fillette.

Lorsque le bûcheron s'était adressé à Echo, il avait d'abord cru qu'elle ne répondrait jamais, mais bien vite, les quelques mots qui sortirent des fines lèvres de la jeune fille se transformèrent en véritable flot intarissable, voguant sur des éléments intéressants et sur d'autres beaucoup moins, comme des bribes d'hallucinations fiévreuses, ses pensées devenaient des délires et elle les exprimait à voix haute. Cela aurait vite agacé le jeune homme s'il n'avait pas eu l'habitude avec sa propre petite sœur. Elle aussi aimait inventer des choses. Elle se plaisait ainsi à parler avec les arbres, affirmant à son frère qu'ils lui répondaient, elle s'extasiait devant une fleur qu'elle n'avait jamais vu ou devant un simple papillon. Elle était pleine de joie, comme avait dû l'être Echo avant d'être désignée pour mourir aux Hunger Games. La nostalgie était un sentiment bien noble, mais dont Edward ne pouvait s'handicaper... Cette gamine n'arrête plus de parler, de sa petite voix fluette, gazouillis de moineau dans la profondeur de la forêt insulaire, marchant, sautillant pour éviter les racines et les buissons épineux, sortant peu à peu de sa réserve. Edward avait sa propre méthode pour oublier son chagrin, méthode qu'il avait appliqué depuis la perte de cet être cher dans l'Arène. Il travaillait, et l'épuisement physique lui faisait oublier son chagrin, il déversait dans ses activités toute sa rage, toute sa haine, toute sa révolte, sans jamais rien dire. Il ne criait jamais, d'ailleurs il n'avait jamais su le faire, mais s'était considérablement renfermer. Apparemment, pour Echo, oublier els tracas du quotidien revenait à parler du réel et de l'imaginaire de son esprit. Soit, tant qu'elle n'indiquait pas leur position à leurs ennemis par ses phrases interminables sans queue ni tête... Edward n'écoutait que d'une oreille, à vrai dire il se laissait un peu bercer par ses mots sans plus y faire attention ni à y chercher un quelconque sens. Il marchait, sans jamais s'arrêter, guettant la prochaine fusée de lumière pour rejoindre la Corne d'Abondance. Au bout d'un moment il se sentit bizarre, comme s'il manquait quelque chose dans cet univers qui lui paraissait déjà familier. Il s'inquiétait déjà quand il s'aperçut que ce qui manquait n'était autre que la voix aigue de la jeune fille. Elle s'était tu, pour continue à rêver seule certainement à en croire ses yeux vagabonder d'un tronc à l'autre.

***

Alors qu'il la croyait toute pensante, elle se mit en tête de s'intéresser à lui. Personne, depuis la mort de son meilleur ami, ne l'avait fait, à part cet homme qui l'avait interviewé mais qui ne cherchait au fond qu'à jouer un rôle ne s'intéressant que très peu à l'histoire d'Edward. Le bûcheron avait l'habitude que personne ne fasse attention à lui. A vrai dire, son comportement avait tellement changé lors de la disparition de son meilleur ami que la plupart l'avait fui comme la peste, préférant le laisser seul sous le prétexte qu'il en avait besoin alors qu'en réalité, ils cherchaient juste à se déculpabiliser, ne sachant pas comment l'aider et préférant leur petite personne à la sienne. Et là, pour la première fois depuis de nombreux mois, quelqu'un autre que sa soeur ou ses parents s'intéressait à lui. Il fut si surpris qu'il ne répondit pas immédiatement, plongé lui-même dans ses pensées. Edward ne sortit en effet de son mutisme qu'au bout de longues minutes et après avoir parcouru quelques dizaines de mètres.

- Oui j'ai deux frères, plus âgés que moi, et une jeune soeur qui doit avoir ton âge je pense. Cette année était la première où son nom pouvait être tirée au sort... Comme toi je pense donc...

Phrase courte, d'un ton un peu froid, mais pas d'un froid sec et barbare non, un froid rouillé, comme une vieille machine qui n'a pas fonctionné depuis longtemps et qu'on vient à peine de redémarrer. Voix rauque aussi à cause de la chaleur qui rendait sa bouche pâteuse. La soif commençait déjà à se sentir, et ne voulant pas tomber d'insolation, il but une gorgée d'eau qu'il garda plusieurs secondes en bouche avant de l'avaler. Economiser l'eau leur serait essentiel. Leur seule chance de remplir leur gourde dans une rivière serait de s'assurer que celle-ci n'était pas empoisonnée.

Parler de sa famille rappela à Edward que sa partenaire avait également de la famille, un frère en tout cas, elle le lui avait dit juste après la fin du compte à rebours. Un frère jumeau qui plus est et qui était avec elle dans l'arène. Un frère qui était bien loin, peut-être en danger d'ailleurs. Un frère qu'il faudrait tuer. Ou un frère qu'elle aimerait rejoindre comme lui aurait agi si sa soeur était dans l'arène en même temps que lui.

- Tu disais que ton jumeau était ici lui aussi ? Tu as conscience que vous ne pourrez pas vivre tous les deux et que vous ne pourrez gagner à deux ? J'espère pour lui qu'il est bien accompagné, s'il ne veut pas mourir trop rapidement... De toute façon on le saurait rapidement, et comme aucun coup de canon n'a encore retenti.

Edward avait parlé trop tôt car justement deux coups de canon successifs avaient mangé la fin de ses paroles : sa compagne du 7 venait de mourir ainsi que son partenaire. La Mort commençait sa sinistre cueillette... Le bruit avait réveiller certains animaux de la forêt qui semblaient dormir... Ils n'étaient pas bêtes : la nuit serait certainement plus fraiche et donc plus propice à la marche rapide sans épuiser trop d'énergie. Edward allait proposer une idée mais la voix fluette de la jeune fille reprit, presque en larmes, mais avec une réelle conviction dans la voix, comme si elle souhaitait garder foi en une chose... Voire même lier Edward à un projet enfoui dans son coeur.






codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Dawnstar

+ District 12 +

avatar


Messages : 67
Date d'inscription : 10/01/2013
Age : 21

Feuille de personnage
Âge du Tribut : 13 ans
Inventaire du tribut:
Liens dans l'Arène:

MessageSujet: Re: Arbres muets et ombres discrètes.   Ven 10 Mai - 11:02

"Je sais très bien que nous ne pourrons pas vivre tous les deux... Je le sais. Mais justement, avant que l'un de nous ne se fasse tuer... Je voudrais... Je voudrais le revoir une dernière fois, juste une dernière fois !"

Je reprend mon souffle avant d'ouvrir une nouvelle fois ma bouche. Le moment est venu de dire à mon coéquipier ce qui m'a germé à l'esprit depuis que l'édition a commencé.

"On peut le retrouver ? S'il te plaît... J'ignore avec qui il est contraint de survivre, mais il faut que je le retrouve. Il le faut ! Toi qui a des frères et des soeurs tu devrais comprendre. Il est là, quelque part, courant un grand danger, et je ne suis même pas là a ses côtés. On ne peut pas gagner tous les deux, je le sait très bien, j'en ai conscience, mais ce n'est pas grave. J'ai besoin de sa présence à mes côtés."

Je me baisse pour éviter une branche épineuse et lève la tête vers le ciel. Voilà, c'est dit. Il est au courant maintenant... Pourtant, je n'ose pas le regarder. Edward n'est pas méchant finalement, mais j'ai tout de même peur de sa réponse. Jamais il ne sera d'accord, jamais. Et c'est bien normal. Qui voudrait s'enticher d'un gamin de plus ? Oh, peut-être que Narcisse est allié avec un gars super balèze, mais même... Je doute que mon partenaire soit friand des alliances entres tributs.

Et je ne peux pas lui en vouloir.

Il lutte pour sa survie, et à cause de moi, il se pourrait très bien... qu'il ne ressorte jamais d'ici.

Jamais.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Arbres muets et ombres discrètes.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Arbres muets et ombres discrètes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Ombres
» Faire des arbres?
» Arbres GW
» [TUTO] Comment faire des arbres
» Le clan des Ombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Cornucopia : Forum RPG Hunger Games :: Corbeille :: Anciennes Arènes :: L'édition Tropicae [5ème - Spéciale] :: Zone 2 :: Ouest-